Tressé délicat

Performance – Nature – Land Art – Corps Textile

Note d’intention

Les arbres.

Ils nous regardent. Ils nous entourent. Ils enchantent les oiseaux. Ils ondulent dans la caresse du vent. Ils nous disent les saisons. Ils sont force de vie enracinés dans la terre,  leurs branches élevées vers le ciel.

Nous avons oublié. Nous avons négligé. Nous avons dominé. Nous passons sans regarder. Sans aimer. Ni la terre, ni le ciel.

Un cri d’alarme inconscient remonte à la surface en vue de permettre la réalisation d’un tableau vivant à partir d’une image qui m’a traversée :

Des hommes et femmes se réunissent.

La scène se déroule dans un lieu où les arbres encerclent un espace empli de lumière : une clairière.

De grandes étoffes de couleur sont enrubannées autour de quelques arbres dans un « tressé délicat ».

Ce premier contact de tressage aux arbres donne l’intention de départ : la délicatesse dans la relation à l’arbre pour signifier le respect, la reconnaissance et le désir de protection.

Prenons le temps de regarder. Prenons le temps d’écouter. Vraiment. Qu’ont-ils à dire ? Que devons-nous entendre ?

Chacun et chacune évolue dans le moment présent de ce qui émerge : chaque mouvement est la grâce de ce qui est, sans attente et sans autre intention que de sentir la vie en soi, au contact.

Qu’il soit arbre, animal, humain…

L’autre est un semblable.

La démarche

Quelques traces d’une séquence de travail ont été photographiées.

 

La performance intitulée « tressé délicat » est la création d’une œuvre éphémère dans le mouvement de la rencontre et de ce qu’il révèle. Au cœur du processus : une écoute de soi, de l’autre et de l’environnement dans le jeu du contact.

C’est une expérience du vivant où le corps constitue l’instrument qui permet d’ouvrir les perceptions des ressentis notamment avec le toucher.

L’intention de la proposition trouve une résonance avec le rituel d’enrubannage d’arbres sacrés en Inde.

india-sacred-bodhi-pipal-ficus.jpg

India sacred bodhi pipal tree

Autres inspirations

Au centre de la clairière, dans un espace dédié, des spectateurs actifs sont assis et assistent à la scène. Ils sont invités à se relier à leurs ressentis et sensations.

A la fin de la performance, les spectateurs actifs et les performeurs sont invités à partager leurs ressentis, images, sensations. Cet échange permet de révéler l’expression singulière subjective dans un vécu commun et vient prolonger et approfondir la perception humaine de l’expérience.

La proposition en pratique

Je suis à l’écoute de tout acteur souhaitant soutenir cette proposition à travers une résidence de création pour accueillir cette dynamique artistique, participative et locale à travers des ateliers et une restitution publique.

Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à m’écrire dans le formulaire de contact

Gabrielle Miae Ka – 13 juin 2018

 

Pour approfondir :

Les baobabs meurent d’une cause mystérieuse – Article Up Magazine 13 juin 2018

 

 

Catégories :