Approche »Sentipensante »

fleche L’approche « sentipensante » décrit la démarche d’expérimentation avec laquelle ont été réalisé les reportages (Retrouvez les sur la page : https://gabriellemiaeka.fr/category/reportages/) Ils portent un regard singulier sur la façon de communiquer l’information, l’actualité.

Dans un monde en mutation bousculé par les multiples transitions liées à la place du numérique. Ce regard « sentipensante » permet de dessiner un récit pluri-média, sensible, créatif, sincère, qui permet à la fois d’ouvrir le regard et d’appréhender la complexité, y compris dans sa dimension intime.

Gabrielle Miae Ka

Origine

Le style sentipensante a été inventé par le philosophe et écrivain uruguayen Eduardo Galeano. C’est la contraction des mots sentimiento et pensante (respectivement sentiment et pensant en français).

“Nous agissons sur le cœur, mais nous utilisons aussi la tête, et quand nous associons les deux, nous sommes sentipensants” Eduardo Galeano

S’approprier l’approche sentipensante m’a inspiré une vision de la relation qui met l’accent sur l’harmonie et la complémentarité entre le sens de l’intuition et la pensée de l’intellect, entre la connaissance formelle et la sagesse de l’expérience personnelle.

« Un cadre holistique qui facilite l’auto-réflexion, la connexion et les conversations puissantes au niveau et à la profondeur des complexités de notre monde moderne. (…)Un travail qui émerge d’auto-exploration personnelle, intellectuelle et spirituelle et d’un engagement à combler le royaume du travail intérieur et de la justice sociale. » Il permet « d’affronter les complexités intellectuelles et émotionnelles de la culture, à rapprocher l’esprit et le cœur et à ouvrir la conversation sur la diversité d’une manière culturellement pertinente et sûre qui intègre les expériences vécues des participants et invite toutes les voix à être entendues. » Silvia Austerlic Senti-pensante connections

Démarche

De décembre 2017 à juin 2018, j’ai rencontré des initiatives et des personnes engagées dans une quête de sens. Éclairer un mouvement entre transformations intérieures et agir-ensemble était l’occasion d’expérimenter une poétique de la rencontre. J’ai collecté des traces « mixed-media » (écriture, photo, dessin, podcast) pour élaborer des reportages « sentipensante » sous la forme d’un « journal vivant ». J’ai abordé le sujet avec un angle subjectif assumé tout en redonnant les éléments contextuels de la rencontre.

En particulier, je me suis concentrée sur ce qui inspire un regard sensible et une approche d’ouverture par une compréhension du monde capable d’inclure l’émotion, le ressenti corporel en sus de la réflexion.

Mes conclusions

  • Ouvrir l’espace d’expression à partir de l’espace intérieur

Lorsque je vais à la rencontre d’évènements ou de personnes qui m’inspirent une société réinventant un être et un agir-ensemble, je me met à l’écoute de la dynamique à l’œuvre à partir de mon espace intérieur, intime. Je me laisse touchée par l’expérience et je la retranscrit dans un reportage incluant régulièrement des conversations / interviews au format podcast.

Avec la conversation et la pleine présence à l’autre, les corps entrent dans une résonance qui offre un espace d’expression créatif.

  • L’authenticité comme médium créateur de confiance

Lors des premiers reportages élaborés dans une démarche « sentipensante », j’ai compris la richesse que peut apporter une réflexion élaborée à partir de soi et au contact de l’intérêt sincère du sujet et de l’autre. L’information est sincèrement partagée et peut permettre d’établir un lien de confiance entre l’auteur « média » et le lecteur.

Le goût de la présence partagée permet d’accueillir la différence et favorise un mélange fécond qui nous a relié dans l’instant. Dans le cadre d’une interview, nous partageons ce temps d’écoute mutuelle qui permet d’aller au-delà de ce qui peut nous différrencier de prime abord (culture, genre, opinions…)

sentipensante_interview-001.JPG

Conversation – Interview pour un reportage « sentipensante » – Mars 2018

  • Partager une mémoire « sentipensante » prolonge la valeur de l’expérience

En collectant et partageant une mémoire éclairante et porteuse de sens au delà de l’expérience elle-même, j’ancre l’expérience pour moi-même et pour les autres. Le passage subjectif engage à la fois l’auteur et le lecteur dans un processus d’appropriation.

Le regard « sentipensante »

Dans un monde en mutation bousculé par les multiples transitions liées à la place du numérique, le regard « sentipensante » permet de dessiner un récit pluri-média, sensible, créatif, sincère, qui permet à la fois d’ouvrir le regard et d’appréhender la complexité, y compris dans sa dimension intime.

C’est une approche vivante pour raconter des expériences individuelles et sociales, et porter notre attention sur toute la beauté, la valeur et le sens d’histoires de vie « ordinaire », où la contribution, l’adaptation, la coopération, l’inventivité, la création côtoient des épreuves, son processus de transformation et ses émotions associées.

Notre quête d’humanité se renouvelle sans cesse. Elle mobilise nos forces et met en avant nos failles, telles qu’elles sont aujourd’hui.

Rencontrer, honorer, partager ces histoires à travers la conversation, ce qui favorise le mélange, l’ouverture et la création de liens, avec un récit sensible et créatif, sont autant de moyens d’être et d’éclairer la forêt qui pousse.

La perspective « sentipensante »

Le projet s’oriente désormais vers différentes pistes :

  • Dimension storytelling : raconter le récit d’une expérience collective qui fait sens dans une démarche transmédia où les regards et les créations singulières collectées donnent à voir la richesse de la co-émergence dans une approche qui associe les émotions, le corps, la réflexion. Ecrire l’avenir grâce au partage d’un moment fécond et à une pleine présence créative. (Pour collectifs, entreprises et collectivités)
  • Dimension média : les interviews et les reportages dans une démarche « sentipensante » permettent de (re)créer un espace de confiance entre l’auteur du contenu et son auditeur. C’est un axe de préservation de la qualité d’un partage « durable » de l’information dans un environnement éprouvé par les « fake news » et les audiences volatiles.
  • Dimension éducation aux médias : accompagner à la rédaction d’un reportage, à la création d’un contenu média permettant la diffusion d’une dimension sensible et/ou réflexive.
  • Dimension artistique et culturelle : exploration et exposition sonore et visuelle sur de nouvelles écritures sur la manière d’établir du lien, la relation, l’interaction, le langage, la parole, l’humain…

Catégories :Reportages

Tagged as: ,