L’eau delà

LorenzoGroppo

L’orage gronde emporté par ce vent sifflant

La faim où s’endure l’abondante multitude

Bâtir des barricades pourquoi pas

Chez d’autres le refuge va de soi

Qui sors son nez pour sentir les gouttes ?

Car de la pluie, se gorge l’éclaircie à venir.

—-

 

Ecrit le 11 novembre 2017 – Photo : Lorenzo Groppo

Catégories :Poèmes

Tagged as: , , , , , ,

2 replies »

  1. Je suis celui qui veille
    j’entretiens la flamme
    le feu qui couve beau
    pas de vent pour l’éteindre
    il est fragile et fort
    il tient le coup heureux
    nous sommes tenus par l’âme
    c’est au-delà des forces
    et c’est ça la force de la vie
    la vie de l’amour
    l’amour de la vie

    Je suis celui qui veille…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s